Mais son père refuse cette aide de l’Etat pour sa fille qu’il souhaite surtout garder auprès de lui comme c’était l’usage pour les filles de ce temps.                           

Nous sommes au début des années 1900 et le rôle des filles était de rester à la maison pour seconder les parents au travail, en attendant de trouver un mari qui continuait trop souvent le même schéma et cela de générations en générations .L’homme de cette époque était seigneur et maître.

 

Jeanne, à regrets, accepte la décision de son père et très tôt aide sa mère au repassage qui deviendra ensuite son métier.

Elle allait souvent au bord de la Garonne, rivière qu’elle aimait beaucoup, pour écouter le chant des  peupliers, chant très spécial provoqué par le vent soufflant dans les ramures.

Les feuilles du peuplier, assez petites, pour un arbre aussi majestueux, se mettent alors à bouger et créent un ambiance que l’on n’entend nulle part ailleurs.

                           C’est typique de cette rivière et un texte ainsi qu’une musique ont d’ailleurs été consacrée à ce phénomène : La chanson des peupliers.

Au bord de la Garonne Jeanne rêve et confie son idéal à cette rivière qu’elle aime tant. Pourtant l’horizon est plus que limité : pas d’argent dans la famille, pas d’étude , peu de relations …donc pratiquement pas de possibilités de sortir de sa condition d’ouvrière.

Jeanne était d’un naturel enthousiaste et optimiste et malgré un métier difficile physiquement, car il fallait monter, avec une brouette,  le linge lavé en haut du village, alors qu’elle habitait en bas, elle ne se rebute pas.

Au contraire, elle accepte sa condition avec sagesse et confiance en sa bonne Etoile car elle était persuadée qu’elle était destinée à autre chose mais quoi .. ?

En compensation à ce travail pénible, il y avait cet amour familial auquel elle tenait tant et dans lequel elle puisait sa force.

Tout en travaillant, elle découvre un don naturel : le chant.

En famille, tout le monde chantait et son père, avec sa belle voix de ténor, faisait des petits extras dans les noces et banquets et les morceaux que tout le monde lui demandait étaient : Le credo du paysan et  la voix des chênes …encore un arbre sacré pour Jeanne.

Biographie de Jeanne Laval

L’histoire s’est passée il y a bien longtemps dans une belle région de France que l’on appelle ;

le Tarn-et-Garonne.

Le 4 octobre 1895 est née, dans le village de Montech, une petite fille que ses parents ont appelé : Jeanne ,nom de famille: Augé.

La famille Augé était modeste, son père s’occupait de chevaux et sa mère était repasseuse .

C’était une famille très unie et parents et grands-parents vivaient dans la même maison.

Même s’il n’y avait pas beaucoup d’argent, il y avait une richesse bien plus précieuse : l’entente parfaite de la famille et beaucoup d’amour à partager.

Certains soirs d’hiver où le chauffage était juste, on se serrait les uns contre les autres et on chantait tous ensemble pour se réchauffer.

Cette ambiance d’affection profonde, Jeanne ne l’oubliera jamais et essaiera de la transmettre.

Le temps passe et Jeanne grandit en affirmant un caractère déjà fort. Elle avait de qui tenir car elle se sentait de la lignée de son père et de son grand-père les deux hommes qu’elle a le plus admirés dans sa vie.

Tous deux étaient très engagés politiquement et socialement et Jeanne qui suivait partout et participait aux réunions gardera de l’influence de cette époque des idées de justice et d’équité en tous domaines.

Elevée dans le don de soi pour de nobles causes, elle fera de cet axe sa philosophie de vie dans sa relation avec les autres.

Brillante élève et toujours première en classe elle apprend avec une facilité déconcertante et étonne par son intelligence brillante, ses réflexions et son imagination fertile.

Elle passe son certificat d’étude avec les meilleures notes de l’école, faisant ainsi la fierté de son instituteur qui, en raison de ses résultats, obtient pour elle une bourse d’étude.   

Jeanne Laval et sa fille Emilienne

Service gratuit et accessible à tous

Créer un site

Homme, tu n'es point seul

Texte poétique de Jeanne Laval

Interprété par Michèle Montréal